Régions

Archipel de Vag Gan

Aujourd'hui fief de l'Empire de Vacylnor, Vag Gan fut autrefois un fier archipel, dont les trois îles étaient gouvernées par trois lignées différentes, et la paix et la prospérité y régnaient, car l'archipel disposait d'une flotte de navires rapides pour défendre les bateaux marchands qui y passaient. Le minerai abondant leur assurait des revenus constants, et c'est ce qui entraîna leur chute : les seigneurs Ganéens étaient mal préparés lorsque la convoitise de Vacylnor s'abattit sur eux, et les trois lignées furent anéanties et remplacées par des nobles sans terres de l'Empire. Aujourd'hui, ces îles menées d'une main de fer par ses seigneurs servent à la fois de réserve de fer, d'argent et de bronze à l'Empire, et de port militaire pour contre les assauts de Norgcal.

-Récits de Drïm le voyageur, traduit de l'elfique par Utom Domlyr

Forêt de Ciarl

Située au nord du Vacyentir et à l'est de Vacylnor, la forêt de Ciarl est un immense territoire en grande partie sauvage et au cœur de maintes tensions diplomatiques. Le nord de la forêt est en effet le territoire des impitoyables Sorlams, les elfes noirs d'Illergan. Ainsi surnommés à cause des baies qu’ils ingèrent et qui rendent leur sang noir, ils ont un code religieux très strict et n’accueillent généralement pas les étrangers à bras ouverts. Cependant, toute personne pénétrant dans la forêt ne doit pas forcément craindre les Sorlams car ces derniers acceptent le commerce dans une certaine mesure. Les étrangers ne sont tout de même jamais encouragés à rester plus que nécessaire, bien au contraire. Des soldats patrouillent dans toute cette partie de la forêt et contrôlent tous les étrangers - essentiellement des humains - qu’ils croisent. Ils peuvent se montrer très insistants sur les raisons de leur présence et les reconduiront à la frontière la plus proche s’ils estiment qu’ils n’ont rien à faire ici. Dans cette partie de la forêt, tout appartient aux elfes noirs : les plantes et les animaux en particulier. Chasser, couper du bois ou même cueillir des plantes est donc considéré comme du vol et passible d’un châtiment corporel mémorable. De plus, il y a dans cette forêt une multitude d'espèces végétales capables de se défendre toutes seules et qui dévorent aussi bien les intrus que les Sorlams.

Il y a trois grandes villes Sorlams dans la forêt de Ciarl : Assatella, Reordïm et Sarlim, la capitale.

La moitié sud de la forêt est une région très instable politiquement, considérée comme une zone franche dans le meilleur des cas. Les Sorlams n'en ont pas le contrôle mais punissent dans le sang les actes contraires à leurs lois, comme par exemple la déforestation et la construction de lieux de cultes non dédiés à la Déesse Noire. Ils n'ont toutefois pas les ressources nécessaires à la sécurisation de ce territoire, ils se limitent donc à des raids rapides et espacés dans le temps. De son côté, l'Empire de Vacylnor (dont la capitale jouxte la forêt) tente de temps en temps d'abattre des arbres à la frontière afin de faire reculer celle-ci aux profit de terres arables. Mais ce qui l’intéresse le plus dans cette forêt sont les gisements d'or de Ciarl. Des accords sont donc régulièrement passés avec les Sorlams pour autoriser l'exploitation minière d'une partie des sols de la forêt, sous réserve d'une destruction minime de la végétation et d'une présence militaire réduite. Ces accords officiels n'empêchent toutefois pas des centaines (voire des milliers) d'individus de risquer leur vie en installant des campements sauvages au cœur de la forêt et d'exploiter les gisements non contrôlés par Vacylnor. Par ailleurs, l'attrait de l'or ainsi que la faible présence des troupes de l'Empire a peu à peu fait du sud de la forêt de Ciarl le refuge d'une grande partie des hors-la-loi des régions alentour. Il existe même des villages fortifiés autonomes qui survivent et s’enrichissent au nez et à la barbe des Sorlams et de Vacylnor, profitant habilement des dissensions entre ces deux factions. De telles communautés n'assurent pas une grande espérance de vie, mais elles restent préférables à l'échafaud ou aux geôles de l'Empire.

Forêt du Vesyorm

A l’est des Monts Yarlysy se trouve la plus grande forêt du Vacyentir, il s'agit de la forêt du Vesyorm, souvent nommée "Royaume de Sardav" car, en effet, la région est entièrement contrôlée par la Reine elfe de Sardav. La forêt s’étend sur des milliers de kilomètres, avec en bordure des arbres de taille classique et, en plein centre, des arbres pluricentenaires atteignant plusieurs centaines de mètres de haut. De nombreuses villes elfes y sont implantées, la plus grande et la plus puissante étant Sardav, la capitale du Royaume. La plupart des villes sont assez semblables à celles des humains et occupent de grandes clairières circulaires coupées par un cours d'eau. C'est notamment le cas de Visundy, une cité commerciale au nord de la forêt dont un quart des bâtiments est construit sur pilotis, au-dessus du fleuve Synil, et dans laquelle des centaines d'humains et de servénors transitent chaque jour avec des marchandises. A l'inverse, certaines villes au centre de la forêt ont été entièrement bâties dans les arbres, pour des raisons défensives mais aussi à cause de la taille et de la solidité extraordinaires des arbres du cœur du Vesyorm.

Hors des villes elfiques, le Vesyorm est une région sauvage et dangereuse, car sa faune et sa flore sont par endroits aussi denses et diversifiées que dans une forêt vierge. Un certain nombre de dragons et de véritables hordes d'insectes de toutes tailles sont notamment à craindre, sans parler des orques et des gobelins qui briguent les richesses des elfes depuis leurs villages et leurs tunnels cachés. L'ennemi causant le plus de troubles aux elfes du Vesyorm est le peuple des minhacs, des hommes-araignées redoutables au combat qui vivent dans des réseaux de galeries qu'ils creusent sous les arbres.