Cultes

Démonisme

Histoire: 

Commune avec la Main de la Vérité
Suite à l'intronisation de Vacynaar en tant que roi des hommes du Vacyentir et à la création de la cité de Vacylnor à la fin du Premier Âge, les humains commencent à prospérer en paix en Illergan. Les principaux ennemis des humains - les servénors et les tribaux - ne constituent plus une menace à cette époque, et la société du Vacyentir tend à se reposer sur ses lauriers. Petit à petit, les veilles coutumes austères disparaissent du Vacyentir et les préceptes des anciennes religions (titans et dieu ailé) prennent de moins en moins de place dans la vie des humains. Ces derniers se laissent aller, et le Royaume de Vacylnor finit par friser la décadence au début du Deuxième Âge. C'est donc dans ce climat de crise des mœurs qu'un groupe de traditionnalistes nommés les Vatranis (vérité en vieux langage humain) se dresse contre les déviances de la société afin que les humains du Vacyentir renouent avec les "vraies valeurs". Les Vatranis, paradoxalement, vénèrent de nouveaux dieux, des dieux qui - d'après ces fanatiques - ont toujours existé mais attendent que les humains viennent d'eux-même vers eux afin de mériter leur bénédiction. Le groupe de fanatiques veut donc, tout en redressant une société "malade", lui imposer un nouveau culte. Rapidement, les dirigeants humains du Vacyentir se rendent compte de l’utilité d'un tel groupe éthique et religieux et ils décident donc de lui donner du pouvoir et des moyens. Les Vatranis clament qu’en suivant les préceptes des cinq dieux de la vérité, le royaume deviendra l'une des plus grandes puissances d’Illergan. Ces cinq dieux sont Acalandar le dieu de la justice, Soban le dieu des morts, Dandju le dieu de la guerre, Hémérya la déesse du savoir et Rakna la déesse de la nature et de la fertilité. Ces cinq dieux possèdent chacun un serviteur, appelé Alpha, qui l’aide dans sa tâche. Ainsi Agaan porte la balance d’Acalandar, Myceris récolte l'esprit des morts, Meltorn consigne tout le savoir récolté par les humains, Dorkal est l’écuyer de Dandju et Nergon façonne le climat et les saisons. Le changement amené par cette religion est drastique, mais les hommes du Vacyentir sont habilement forcés à l'adopter et il faut finalement moins de deux siècles aux Vatranis pour imposer leurs croyances à tout le royaume. C'est la fin de la décadence et du relâchement des mœurs, et la puissance du royaume croît effectivement en flèche.

Mais un jour, alors qu’une fois de plus Dandju traite Dorkal comme son esclave, ce dernier se révolte et refuse de lui obéir. Il lui dit que les Alphas ne feront à présent plus le travail ingrat des dieux. En guise de représailles, Dandju tue Myceris (l'Alpha de Soban) à l’aide de sa fameuse « Lame de Dandju ». Furieux, Dorkal brise l’épée en deux, la jette sur Illergan et s’attaque au dieu assassin. Une guerre qui va durer plusieurs années se lance entre les dieux et les alphas. En marge de ce combat, Soban, effondré par la mort de sa servante et amante, s’exile vers un plan parallèle à Illergan (Sterraen) où il décide d’accueillir les morts et de leur créer une seconde vie. En effet, après la mort de Myceris, l'esprit des morts ne peut plus trouver la paix, ils se mettent alors à hanter les vivants. Amener ces morts dans un autre plan permet dorénavant à Soban de les contrôler et de les façonner comme il l'entend. Après plusieurs années de combat, les Dieux parviennent finalement à enfermer les Alphas sur un autre plan parallèle : le plan infernal. Les vainqueurs retournent alors auprès des humains, et ils découvrent que le chaos règne sur le Vacyentir. En effet, les humains se battent eux aussi pour savoir qui des Alphas ou des Dieux doivent régner sur les hommes. Les dieux, par l'intermédiaire du roi de Vacylnor et des Vatranis, bannissent alors les adeptes des Alphas du Vacyentir et imposent aux humains une nouvelle dénomination de leur culte : La Main de la Vérité. Ils expliquent également que Soban règne à présent sur le Royaume des Morts (Staerren) et que c'est là-bas que les défunts iront inexorablement. Emprisonnés sur leur nouveau plan, les quatre Alphas survivants rencontrent une nouvelle race humanoïde : les démons. Ils décident alors de prendre le contrôle de ce peuple puissant et de mélanger leurs pouvoirs aux leurs. Les démons, impressionnés par la puissance des Alphas, les acceptent comme chefs à une condition : qu'ils leur permettent de voyager entre les plans. Les Alphas, eux-mêmes coincés sur le plan infernal, parviennent tout de même à manipuler les Portes Tserlan afin de respecter cette condition. De plus, les Alphas ont besoin d'un lien direct avec leurs fidèles - expatriés et éparpillés en Illergan, ils décident donc d'utiliser les démons comme vecteurs de leurs pouvoirs et de la foi de leurs fidèles - désormais appelés les Démonistes.

Sanctuaires: 

Les temples démonistes sont généralement discrets, voire secrets. Ce n'est pas tellement une nécessité de nos jours, mais plutôt une tradition qui a persisté, en mémoire des années ou les démonistes étaient persécutés par les Vatranis. Il y a de nombreuses exceptions, mais la plus la plus notable est le temple de Mycina construit autour du tombeau de Myceris. Il s'agit d'une cathédrale gigantesque, visible à des lieux à la ronde. Avant de partir pour Staerren, Soban a enterré Myceris au Sud de Cahorl dans la ville de Mycina. Ce lieu, sacré aux yeux des Démonistes, a longtemps été sous le contrôle des Vatranis (qui avaient néanmoins bien trop peur des représailles de Soban pour oser souiller le sanctuaire) mais à la fin du Troisième Âge, les Démonistes ont réussi à récupérer le contrôle de la ville, grandement aidés par une armée de démons. Les pèlerinages vers cette destination sont donc courants mais tout de même risqués pour les Démonistes.
Si de nombreux temples démonistes ressemblent vu de l'extérieur à une simple maison, parfois avec un discret symbole des Alphas, l'intérieur trahi immédiatement la fonction du lieu. Au centre de la pièce principale trône systématiquement un autel sacrificiel. Il s'agit d'une large pierre plate non décorée, positionnée au milieu d'un bassin ayant pour rôle de recueillir le sang des sacrifices. Comme opérer un sacrifice dans un tel lieu nécessite généralement de patauger dans le sang, la tradition veut que les fidèles se déchaussent en entrant dans le temple. Un petit bassin leur permet ensuite de se laver les pieds. Ils peuvent ainsi sortir du temple sans en trahir la nature.
Une autre tradition importante des temples démonistes concerne la décoration des lieux. Les temples démonistes ont souvent une allure de musée, car ils sont décorés de toutes sortes d'objet volés, pillés, gagnés au jeu, bref pris par la force. Le nombre et la valeur de ces trophées est une bonne indication de la puissance d'un temple. Il est donc assez commun de trouver des objets sacrés d'autres religions dans un temple démoniste. Ces trophées sont marqués du "Krazh", un symbole sacré unique à chaque temple, et sont accompagnés de petites plaques expliquant les circonstances de leur acquisition. Il est à noter que certains trophées sont marqués de nombreux Krazhs, ayant été gagnés par différents temples au fur et à mesure de leur histoire. Si un temple ré-acquiert un trophée qu'il a déjà possédé, il doit alors ré-apposer son Krazh. Il arrive donc que certains de ces trophées deviennent complètement méconnaissables et que leur plaque explicative atteignent par conséquent une taille considérable.

Structure cléricale: 

Le clergé démoniste à cela de particulier qu'il ne possède presqu'aucune hiérarchie, du moins pas officielle. Tous les temples parsemant Illergan sont indépendants, même s'il leur arrive de communiquer. Le culte honorant la force, le système hiérarchique de chaque temple est très simple : le plus fort commande, le plus faible passe le balai. Il n'y a donc pas réellement de dirigeants démonistes, seulement des gens plus forts que les autres vont suivre volontairement, voyant en eux un moyen d'acquérir de la gloire.
La méthode utilisée pour désigner le plus digne de diriger est celle du "Drak Kaï", le Duel Sacré.
Le prêtre le plus puissant du temple de Mycina (et donc généralement le plus puissant démoniste d'Illergan) porte le titre d'Antipope. C'est le titre que donnaient les fidèles de la Main de la Vérité aux dirigeants démonistes pendant la guerre qui opposa les deux cultes. Ce titre est censé montrer que le culte démoniste est faux et dans l'erreur, mais ces derniers ont pris cette appellation comme un défi. Pour eux, l'Antipope représente donc l'opposé du Grand Pope : un combattant chargeant en première ligne, et non un couard caché derrière ses murailles. L'Antipope est donc révéré, non pas comme un homme saint, mais comme une incarnation de la puissance (qui peut changer d'un moment à l'autre pourvu qu'il soit défié en duel et perde).
On considère souvent que les démonistes sont en concurrence permanente entre eux, et c'est assez vrai. Ce qui étonne souvent les non-démonistes est de voir que cette concurrence ne cause aucune rancune, contrairement à ce à quoi on pourrait s'attendre venant de gens aussi à cheval sur leur honneur. En effet, la supériorité d'un autre démoniste n'est pas une cause de déshonneur ou de jalousie, mais une source d'inspiration qu'il faut suivre.
Étrangement, et à part concernant La Main de la Vérité, les Démonistes sont plutôt tolérants envers les autres cultes. Ils se considèrent comme une élite dans leur honneur, les seuls pouvant être bénis par les Alphas, les infidèles ne représentent donc rien de moins que des êtres normaux, libres de vénérer d'autres Dieux moins puissants. Il n'y a pas d'appellation particulière entre démonistes, sauf pour les membres permanents d'un temple appelés "gardiens" (en référence aux Krazhs du temple).
On trouve des Démonistes un peu partout sur Illergan, à plus ou moins forte concentration. En revanche, la forte présence des Vatranis au sein du Vacyentir rend la vie des Démonistes difficile dans cette région d’Illergan.
Enfin, ils s’habillent avec des couleurs foncées (en noir le plus souvent) et arborent de nombreux tatouages démoniaques sur tout leur corps. Ils portent aussi leurs armes le plus ostensiblement possible, comme symbole de leur force.

Rituels: 

Les fidèles des Alphas sont des gens droits et courageux (comme les Vatranis) mais aussi incroyablement rancuniers et susceptibles. L’honneur et la loi du Talion sont les deux piliers de cette religion : tout ce que fait un démoniste doit lui apporter de la gloire ou en tout cas ne pas le déshonorer, et si jamais on porte atteinte à son fameux honneur, alors le fidèle n'aura de cesse de s'être vengé, généralement dans le sang.
Les fidèles craignent les Alphas, ils les respectent pour leur puissance et non pour leur bonté. Les faveurs accordées par ces Dieux sont rares et doivent être durement méritées, mais elles valent toujours largement la souffrance endurée.
Pour pouvoir adresser une prière aux Alphas, les fidèles doivent effectuer un sacrifice. Plus la taille de la bête est importante et plus grande sera la récompense. Les Démonistes pratiquent aussi le sacrifice humain mais seulement à la fin d'un combat victorieux afin de remercier Dorkal pour leur succès : ils achèvent le plus puissant des survivants à l’aide d'un couteau sacrificiel tout en psalmodiant leur prière. Ces mêmes prières réclament généralement de la force ou de l'endurance afin de pouvoir se couvrir de gloire ou punir les traîtres et les sans-honneur.
Le Drak Kaï est un des rituels les plus importants pour les démonistes. Il peut s'agir de n'importe quel type de duel tant que les deux participants sont d'accords sur les termes. Chaque participant mise quelque chose (un objet, un poste dans un temple, n'importe quoi tant que les deux participants sont consentants). Si généralement le Drak Kaï prend la forme d'un combat jusqu'au premier sang, il peut s'agir de tout et n'importe quoi, bras de fer, partie de carte, course à pied, concours de chasse, et caetera. Le but est de prouver sa supériorité dans un domaine, et comme les deux participants se mettent d'accord sur les termes, ça évite les duels injustes. Le Drak Kaï peut également servir à régler les conflits entre deux démonistes. La règle est qu'après un Drak Kaï, les deux participants font un sacrifice commun, scellant leur accord devant leurs dieux et jurant de ne garder aucune rancune vis-à-vis du résultat. Ce rituel permet de régler les conflits internes sans effusion de sang, historiquement pour ne pas diminuer les rangs démonistes déjà en infériorité numérique contre les Vatranis. Les amitiés démonistes découlent souvent de ces duels.